Image de Bandeau

La légitimité des parties en présence

Approche non procédurale
(il n’y a pas de « code de la négociation d’acquisition »…)

Savoir fermer le code du travail

  • Prise de risque pour l’employeur
  • Prise de risque pour les IRP
  • Nécessité de structurer la confiance (en amont identifier les négociateurs….)

Approche par la légitimité

Quelle est la légitimité des salariés dans cette affaire ?
 

Ont-ils des intérêts spécifiques et légitimes à valoriser ?
 

Attention : il y a plusieurs légitimités : la légitimité interne à l’entreprise, la légitimité externe à l’entreprise. (Pouvoirs publics, opinion publique, journalistes, etc., impact sur la communication et ce qui en découle)
 

« C’est notre entreprise, Monsieur ! »
 

Quelle est la légitimité du négociateur « employeur » (effet de groupe)

Approche par la valorisation
(« entre égaux »)

A partir du moment où les salariés défendent des intérêts légitimes, ils deviennent « légitimes » à les défendre au même titre que les autres parties.
 

Comment reconnaitre et valoriser cette légitimité ?

Approche technique

En leur permettant de participer. D’être actifs, d’être force de proposition technique.
 

La procédure d’information consultation est une « procédure à plat ». Elle est source de frustration.
 

Les IRP ne sont accompagnées « que » par des experts qui décrivent mais ne proposent pas.
 

Donnez-leur des outils pour participer à l’opération et non pas pour s’y opposer.

 Approche consensuelle
(élaboration d’un « contrat »)
 Légitimités – Valorisation – technique = liberté de contracter
Approche bilatérale

Une bonne solution peut intervenir de n’importe quel côté de la table.
 

L’expérience acquise aux côtés de l’employeur peut enrichir les IRP et réciproquement.